La procrastination c’est fini !

La procrastination c'est fini« Je le ferai quand…
Ce n’est pas urgent, j’ai tout le temps, ne t’inquiète pas ; je le ferai quand…
Je suis surbooké, je dois traiter les urgences ; je le ferai quand… »
Vous vous reconnaissez ?
La procrastination est un tel fléau que ce mot, pourtant inconnu du grand nombre il y a peu, est « entré dans les mœurs » ; de plus en plus de personnes connaissent ce mot et ce qu’il signifie. Et…beaucoup de personnes se reconnaissent dans ce mot et dans ce qu’il signifie.
Si vous procrastinez, alors que vous avez des projets à réaliser, il est fort à parier que, au seuil de votre retraite, vous prononciez ces phrases :
« Si j’avais su… »
« J’aurais dû… »
« J’aurais pu… »
Oui, mais, comme vous le savez, « le temps perdu ne se rattrape jamais. »
Bien : vous procrastinez et vous voulez cesser de procrastiner.
Vous savez que c’est une mauvaise habitude pour vous, mais vous ne savez pas comment vous en défaire.
Certains d’entre vous vont me rétorquer : « Moi en fait je ne procrastine pas ; c’est simplement que, aujourd’hui je suis fatigué, je n’ai pas la tête à cela, j’ai promis à untel de l’aider à … ».
Bon, alors, je vais vous dresser le « tableau clinique » du parfait procrastinateur. Si vous vous reconnaissez dans ce tableau, cela signifie pour vous qu’il est temps de casser ce « cercle vicieux » :
• Vous avez des difficultés à organiser vos pensées, vos actions et à tenir vos propres décisions.
• Les tâches vous paraissent trop difficiles à accomplir.
• Vous avez peur de mal faire et de vous sentir rejeté.
Les personnes qui manquent de confiance en soi ont tendance à la procrastination. Comme elles ont peur d’échouer ou de mal faire, elles préfèrent rester dans leur zone de confort.
Si vous procrastinez, c’est aussi parce que les tâches à accomplir vous stressent ou génèrent en vous de l’anxiété : autant alors les éviter.

Comment sortir de la procrastination?

Je vous propose de commencer simplement, en douceur.
Comme la procrastination consiste à remettre les tâches au lendemain, il est important de commencer à PLANIFIER.
Vous allez planifier vos tâches. Mais d’abord, il faut que vous listiez ces tâches.
Listez vos tâches, tout ce que vous avez à faire et que vous remettez. Listez en vrac, sans vous poser de questions, sans vous censurer.
Quand vous avez terminé, examinez cette liste et extrayez de cette liste une et une seule tâche. Peu importe votre critère de choix.
Mettons que vous devez aller chez le dentiste mais que vous différez la prise de rendez-vous depuis plusieurs mois. Si c’est cette tâche que vous extrayez de votre liste, notez sur votre agenda le jour où vous allez téléphoner pour prendre rendez-vous.
Votre contrat avec vous-même désormais est le suivant : chaque fois que je consulte mon agenda, j’exécute, sans réfléchir, la tâche qui y est prévue.
Mais il s’agit là d’une tâche très simple. Vous en avez d’autres plus complexes, comme par exemple, ranger le garage, le grenier, les factures, etc. Rien que d’y penser…
Pour ces tâches plus longues et plus complexes, votre travail va consister à la diviser en tâches plus petites réparties sur plusieurs jours. De la même façon, vous notez dans votre agenda quand doit être faite chaque sous-tâche.
On procrastine chaque fois que la tâche à accomplir nous semble trop lourde, trop difficile, trop complexe et que le seul fait d’y penser nous met la pression.
Pour commencer à vaincre votre tendance à la procrastination, procédez de la sorte : fractionnez la difficulté et restez attentif à vos ressentis internes. Si l’objectif fractionné vous semble facile à atteindre, allez-y : vous réussirez. Par contre, si, rien qu’à l’idée d’accomplir la tâche fixée, vous vous sentez oppressé, c’est que l’objectif est encore trop ambitieux : fractionnez-le encore en sous-objectifs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page