L’optimisme

Comme l’écrit le philosophe Alain, dans son essai « Propos sur le bonheur » : « Le pessimisme est d’humeur, l’optimisme est de volonté. Tout homme qui se laisse aller est triste. »
Il semblerait donc que l’optimisme est un CHOIX. Chacun de nous peut DECIDER de percevoir les situations quotidiennes au travers d’un prisme qu’il choisit. Et ce prisme peut être l’optimisme.
D’aucuns pensent que l’optimisme est inné, naturel. Certes, certains d’entre nous ont une propension vers l’optimisme, d’autres vers le pessimisme. Mais la bonne nouvelle c’est que, même si nous avons « une pente » pessimiste, nous avons la possibilité de « redresser la barre », de « changer de cap » et de voir et donc d’agir différemment.
Nous sommes dans la mouvance de ce qu’on appelle la psychologie positive. L’intérêt de développer et de maintenir une attitude optimiste c’est que, au bout d’un certain temps, l’optimisme produit des fruits. Nous sommes loin des abstractions, théories et autres concepts. Chacun de nous peut, s’il le décide, expérimenter, vivre dans sa chair, tous les bénéfices qu’il est possible de retirer d’une vision optimiste de la vie.
Je tiens à préciser qu’avoir une vision optimiste de la vie ne signifie pas que nous refusons de voir la réalité, que nous pratiquons la politique de l’autruche et que nous sommes installés dans une vision béate des choses.
L’optimisme va tout à fait de pair avec une vision lucide de la réalité. L’optimiste accueille les situations telles qu’elles se produisent et il décide de s’appuyer sur les leçons qu’il peut en tirer, ou sur un point positif, pour réagir d’une manière qui soit positive pour lui et pour son entourage.
Pour terminer, je vous invite à visiter le site www.loptimisme.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page