La réalité

Comment nous percevons la réalité
Le nombre de conflits diminuerait de manière importante si chacun d’entre nous acceptait que, ce qu’il appelle réalité, n’est en fait que sa perception de la réalité. Autrement dit, chacun « voit midi à sa fenêtre » comme dit le dicton. Le problème c’est que nous voulons que tout le monde regarde par notre fenêtre.
Je m’explique : nous percevons les informations de notre environnement par le truchement de nos 5 sens. Or, en fonction de l’acuité et de la sensibilité de nos 5 sens, nous allons recevoir les informations de manière différente les uns des autres. Notre enveloppe corporelle constitue donc un premier filtre.
Nous traitons ensuite ces informations qui nous viennent de l’extérieur par l’intermédiaire de nos 5 sens en fonction d’autres filtres que constituent notre éducation, les valeurs et croyances auxquelles nous adhérons, notre culture, notre histoire familiale, notre société, notre statut social, etc.
Nos émotions, nos humeurs « colorent » également les situations que nous rencontrons et influent sur notre « lecture » de ces situations et donc sur notre http://parmacieenligne.com/levitra.html interprétation.
Les praticiens de la Programmation Neuro-Linguistique (PNL) ont mis en exergue 3 processus cognitifs reconnaissables qui participent de notre perception subjective de la réalité. Ces 3 processus cognitifs sont : la distorsion, la généralisation, la sélection.
Prenons des exemples de chacun de ces filtres déformants. Pour la distorsion, je renvoie mon lecteur à l’article sur les 10 distorsions cognitives.
Par la généralisation, nous partons d’une expérience personnelle pour déboucher sur une conclusion générale que nous allons appliquer à toutes les situations similaires. Exemple : un chien qui vous a mordu suscite chez vous la peur de ce chien. La généralisation vous conduit à avoir peur de tous les chiens, puisque « tous les chiens mordent ».
Le processus de sélection me permet de ne retenir qu’une partie des informations qui me parviennent et d’éviter ainsi d’être noyé sous les informations. Je sélectionne donc, parmi les informations, celles qui m’intéressent actuellement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page