Deviens qui tu es


Voici une phrase que l’on lit très fréquemment dans les ouvrages de développement personnel. Elle pose question, n’est-ce pas ?
Est-ce à dire que nous sommes pré-déterminés et que nous n’avons qu’à actualiser le programme que nous avons reçu à notre naissance ? Au même titre que la graine de batavia qui va donner une batavia, que le gland ne peut donner que le chêne, etc ? Comment peut se déployer notre liberté, notre libre-arbitre dans ces conditions ?
La phrase ne serait-elle pas plus juste si on la formulait ainsi : « Deviens qui tu veux être ? »

De tous les êtres vivants, l’être humain est le seul qui soit si inachevé à sa naissance et qui ait besoin d’autant d’années d’apprentissage pour atteindre sa maturité. Cela signifierait-il qu’il a donc un champ de potentialités très vaste et dont il exprimera un certain nombre en fonction des situations qu’il rencontrera ?
Viktor Frankl était psychiatre, docteur en médecine, docteur en philosophie. Durant la seconde guerre mondiale, il a été déporté et a connu l’enfer de 4 camps de concentration, pendant 3 ans. Viktor Frankl écrit, dans son livre « Découvrir un sens à sa vie » : « L’être humain n’est pas « uniquement le produit des conditions biologiques, psychologiques et sociologiques ou encore de l’hérédité et de son environnement. Certes, la personne humaine est limitée, tout comme sa liberté. Elle n’est pas libre par rapport aux conditions qui l’entourent, mais elle peut déjà prendre position à leur égard. L’être humain n’est pas complètement conditionné ; il a le choix d’accepter les conditions qui l’entourent ou s’y opposer. Il ne fait pas qu’exister, mais il façonne lui-même sa vie à chaque moment. »
La phrase « Deviens qui tu es » pourrait alors se résumer à ceci : ce que la vie nous donne, ce que nous en faisons, tels sont les 2 leviers que nous actionnons et qui font ce que nous sommes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page