Bonheur et développement personnel

photo bonheur

Il semblerait que nous recherchions tous le bonheur.
Il semblerait que nous voulons tous être heureux.

Qu’est-ce que le bonheur ? Qu’est-ce qui nous permet de dire que nous sommes heureux ?

Quand les psychologues interrogent différents types de personnes, il apparaît que les notions de bonheur et d’être heureux recouvrent des réalités, des ressentis, des expériences aussi nombreux et aussi variés que le nombre de personnes interrogées.

Ce qui laisse à penser qu’il n’y a pas UNE définition du bonheur.
Ce qui est commun, c’est un ressenti de bien-être, de plénitude, de plaisir et de joie intenses.

Ce qui appartient à chacun, c’est de trouver les vecteurs, les « véhicules » qui permettront d’éprouver – dans la durée si possible – ces états de plénitude et de plaisir intense.

Nous avons la chance, à notre époque, de pouvoir nous appuyer sur des grands noms de la philosophie et de la psychologie, qui ont déjà bien défriché et préparé le terrain pour mener notre réflexion.

Aristote, Viktor Frankl, https://www.francemedicale.net/cialis/ Frédérik Hudson, Mihaly Csikszentmihalyi, pour n’en citer que quatre.

Ce que ces grands noms nous disent, c’est que, fondamentalement, nécessairement même, le bonheur n’est pas quelque chose à rechercher à l’extérieur de soi ; le bonheur ne dépend pas strictement des conditions extérieures.

Pour Aristote, par exemple, le bonheur consiste en l’actualisation de ses potentialités (nous n’avons rien inventé en termes de développement personnel et de coaching !).

Pour Viktor Frankl, « le bonheur – tout comme le succès – doit s’ensuivre dans l’effet non recherché d’un engagement personnel dans un projet plus grand que soi. »

Frédérik Hudson, dans son modèle du changement, montre que l’individu, pour se réaliser, dépend désormais, non plus de la conformité aux modèles proposés et prônés par la société, mais de ses propres choix.

Enfin, Mihaly Csikszentmihalyi, qui propose dans son magistral essai « Vivre – La psychologie du bonheur » sa théorie de l’expérience optimale, montre que le bonheur passe par la maîtrise de sa vie intérieure.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page